Les 4 facteurs clés pour réussir le rachat d’entreprise par les cadres

De nombreuses études démontrent l’incidence qu’aura le départ à la retraite des « baby-boomers » sur la relève en entreprise. Selon le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ), plus de 30 000 propriétaires dirigeants céderont leur entreprise d’ici les 5 prochaines années et 55 % des entrepreneurs cédants qui ont été contactés n’ont aucun plan de relève.

Cette situation peut occasionner un rachat d'entreprise par les cadres ou communément appelé Management Buyout (« MBO »). On définit un MBO comme étant l’acquisition d’une entreprise existante par l’équipe de gestionnaires dont le financement est assuré par une combinaison de dette et de capital. Le capital pouvant provenir d’investisseurs privés et institutionnels.

1. La solidité de l’équipe d’acheteurs

Il est évident que toute entreprise doit compter sur des gestionnaires qualifiés et talentueux pour avoir du succès. Par contre, dans un MBO, l’équipe d’acheteurs doit être particulièrement caractérisée par les éléments suivants :

  • présence d’un leader capable d’assumer le rôle de PDG;
  • du talent entrepreneurial et managérial;
  • la capacité de diriger et exploiter l’entreprise comme propriétaire et non comme employé et en assumer les responsabilités;
  • la capacité de travailler en équipe et de bien accepter son rôle post-transaction.

2. Les particularités de la cible

Parmi les caractéristiques qui faciliteront le MBO, soulignons :

  • une entreprise profitable et viable;
  • l’implication non essentielle de l’ancien propriétaire à moyen et long terme;
  • un vendeur décidé à vendre à ses collaborateurs et d’aller au bout du processus;
  • un prix demandé réaliste compte tenu du contexte;
  • des raisons logiques et compréhensibles derrière la vente.

3. La qualité du plan d’affaires

Dans la majorité des cas, les acheteurs devront élaborer et présenter un plan d’affaires visionnaire et stratégique pour les investisseurs et les institutions financières. Outre les éléments composant habituellement un plan d’affaires, il serait important que le document mette en relief les éléments suivants :

  • une présentation exhaustive des nouveaux membres de l’équipe de dirigeants et propriétaires;
  • une description de l’incidence de la transaction sur la structure organisationnelle, incluant les changements dans le processus décisionnel (comités de direction ou de gestion, conseil d’administration, présence de conseillers spéciaux) et de nouveaux rôles et nouvelles responsabilités;
  • l’identification des changements dans la mission et(ou) les stratégies de l’entreprise et descriptions des bouleversements que ces changements apporteront. À cet effet, il serait imprudent de laisser croire qu’à la suite de la transaction, tout continuera comme avant. Un changement de propriété impliquera nécessairement des changements dans l’entreprise. En les identifiant au préalable et en expliquant la façon dont ils seront traités, la nouvelle équipe gagnera beaucoup en crédibilité auprès de ses partenaires financiers;
  • la production de projections financières réalistes qui intégreront les changements identifiés préalablement dans le plan d’affaires ainsi que les ressources (humaines, matérielles et financières) qui seront nécessaires à leurs réalisations.

4. Le financement

Dans un MBO, la réalisation du financement nécessaire à la transaction est un défi de taille. La structure globale de financement devra respecter certains ratios financiers, être bien balancée entre l’endettement et le capital et être soutenable dans le temps.

Les futurs actionnaires devront s’attendre à investir personnellement dans le projet et à rassembler une mise de fonds suffisante pour prouver la foi qu’ils ont dans le projet d’acquisition. Même si ce montant est peu élevé par rapport à la taille de la transaction, la plupart des institutions financières seront plus à l’aise de s’impliquer dans un projet en sachant que les promoteurs y ont investi une partie substantielle de leurs avoirs personnels.

Les flux de trésorerie de la cible devront permettre de soutenir un nouvel endettement qui pourrait être substantiel.

Il faudra également convaincre le vendeur de participer au financement de la transaction par une balance de prix de vente à des termes convenables.

Finalement, la nouvelle équipe de propriétaires devrait être en mesure de surmonter rapidement sa compréhension limitée des critères décisionnels des institutions financières et des véhicules de financement disponibles pour effectuer la transaction.

En bref

De façon générale, les facteurs de succès pour réussir un MBO reposent grandement sur le degré de préparation des acheteurs et des vendeurs.

D’un côté, les vendeurs doivent s’engager de bonne foi et pour les bonnes raisons dans le processus, tout en sachant que la transaction pourrait être longue à se conclure et qu’ils sacrifieront peut-être une partie de la valeur de leur entreprise en vendant à leurs gestionnaires au lieu de faire une transaction avec un acheteur stratégique.

D’un autre côté, les acheteurs doivent être prêts à s’engager financièrement et moralement. Les rôles post-transaction de chacun des membres de l’équipe d’acheteurs doivent être clairs et acceptés de tout un chacun. Les responsabilités d’un actionnaire dirigeant sont passablement différentes de celles d’un employé et ce sont les acheteurs bien préparés qui seront les plus aptes à relever les défis de leur nouveau statut.

 

Patrick Whalen, MBA, vice-président – Services-conseils financiers 

Note : l'emploi du masculin est utilisé dans cet article uniquement pour simplifier le texte.

 

À lire aussi :

Êtes-vous prêts à vendre votre PME? 5 questions à se poser avant de passer à l’action

Comment financer l’acquisition de vos nouveaux actifs sans utiliser la marge de crédit?

Partager